1946

Le Royaume est l’un des vingt pays qui se sont réunis à Londres après la fin de la Seconde Guerre mondiale avec le projet d’établir la paix dans le monde.

Le Royaume nomme son premier représentant permanent auprès de l’UNESCO, Son Excellence Dr Hamad bin Abdullah Al-Khuwaiter.

Le Royaume contribue de manière significative au budget de l’Organisation alors que les Etats-Unis se retirent de l’UNESCO.

Le Royaume soumet la plus ancienne inscription islamique (coufique), mentionnant la date de la mort du second calife de l’Islam, pour son inscription au Registre « Mémoire du monde » de l’UNESCO.

Mise en place du programme de S.A.R. le Prince Sultan bin Abdulaziz, pour soutenir la langue arabe, contribuant à sa préservation à l’UNESCO comme langue majeure.

Création de la première chaire de recherche saoudienne à l’UNESCO en coopération avec l’Université Roi Saoud.

Le Royaume est élu membre du Conseil exécutif, renforçant sa présence internationale en tant qu’acteur clé de la prise de décision au sein de l’organisation.

La première soirée de la poésie saoudienne se tient à l’UNESCO, mettant à l’honneur le poète Ghazi al-Gosaibi. Elle attire un large public arabe et français.

Le premier site archéologique du Royaume est inscrit sur la liste de l’UNESCO : Hegra.

Un deuxième site archéologique du Royaume est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : le district d’at-Turaif à ad-Dir’iyah.

S.A.R. le Prince Faisal bin Abdullah, Ministre saoudien de l’éducation, signe avec la Directrice générale de l’Organisation, Mme Irina Bokova, un accord pour la création du Programme international Abdullah bin Abdulaziz pour la culture du dialogue et de la paix à l’UNESCO.

Le Prix international de la traduction du Gardien des Deux Saintes Mosquées le Roi Abdallah bin Abdulaziz, se tient au siège de l’UNESCO à Paris.

L’organisation vote en faveur de l’adhésion de la Palestine en tant qu’Etat membre de l’UNESCO. Le Royaume a joué un rôle majeur dans la mobilisation des soutiens en faveur de l’Etat palestinien.

Le Royaume contribue généreusement au budget de l’organisation lorsque les États-Unis s’abstiennent de verser leur part de la contribution ordinaire de 20 millions de dollars, permettant d’assurer la poursuite de nombreux projets de développement clés.

Le Royaume est élu au Conseil exécutif pour la deuxième fois consécutive ainsi qu’au poste de vice-président du Conseil exécutif du groupe arabe.

Création du Centre régional pour la qualité et l’excellence de l’éducation dans la région arabe, sous l’égide de l’UNESCO, afin d’assurer le « droit à l’éducation pour tous », et reconnaissant l’éducation comme un facteur essentiel en faveur d’un développement durable.

Un troisième site archéologique du Royaume est inscrit sur la liste de l’UNESCO : la ville historique de Djeddah.

L’Arabie saoudite signe un Protocole d’accord, entre le Centre du Roi Abdulaziz pour le dialogue national et l’UNESCO, pour promouvoir la valeur du dialogue entre les peuples et les religions.

Le Royaume contribue à l’élaboration de l’Agenda mondial pour l’éducation 2030 et travaille avec les comités internationaux pour préparer le quatrième objectif, celui d’un développement durable et fondé sur l’éducation, à travers la mise en place de programmes et d’ateliers régionaux et internationaux.

Un quatrième site archéologique du Royaume est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO : l’art rupestre de la région de Hail.

Le 9ème Forum des jeunes de l’UNESCO reçoit le soutien généreux de la Fondation MiSK.

Signature d’un Protocole de coopération entre la Fondation MiSK et l’UNESCO pour encourager les jeunes partout dans le monde à être des acteurs de leur avenir.

Riyad accueille le Forum des ONG de l’UNESCO, organisé en partenariat avec la Fondation MiSK, avec pour ambition de donner à la jeunesse du monde entier les moyens d’avoir un impact social durable.

La Fondation MiSK lance son Prix international des ONG en coopération avec l’UNESCO.

La Fondation MiSK parraine le Forum des ONG de l’UNESCO à Moscou, en Russie.

Un cinquième site archéologique du Royaume est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, l’oasis Al-Ahsa.

Signature d’un Protocole de coopération entre le ministère de la Culture saoudien et l’UNESCO, en présence de S.A. le Prince Badr Al Farhan, Ministre de la Culture, et de la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay.

La deuxième soirée de la poésie saoudienne se tient à l’UNESCO, en l’honneur de S.A.R. le Prince Bader bin Abdulmohsen, attirant un large public arabe et français.

En 2019, l’Arabie saoudite s’est engagée pour un montant de 25 millions de dollars auprès de l’UNESCO, afin de préserver les sites inscrits au patrimoine mondial et de promouvoir l’économie créative.

Lors de la 40e session de la Conférence générale de l’UNESCO, l’Arabie saoudite est élue membre du Conseil exécutif de l’organisation.

S.A. la Princesse Haifa Al Mogrin officiellement nommée Déléguée permanente de l’Arabie saoudite auprès de l’UNESCO en janvier.

L’Arabie saoudite a accueilli et présidé le premier sommet du G20 de son histoire en novembre. Elle est également à l’origine de la toute première réunion des ministres de la culture de l’organisation. Cette initiative a été adoptée par l’UNESCO (point 45 du Conseil exécutif) qui réunit les ministres de la culture à une échelle plus globale.

Décembre : L’art ancestral et traditionnel du tissage de la laine par les femmes bédouines, Al Sadu, est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.